Entreprise DU FUTUR : faire le point sur la maturité numérique des PME ETI françaises

Le congrès Entreprise DU FUTUR qui se tient demain à Lyon est l’occasion de faire un point sur la transformation, la croissance et la compétitivité des PME et des ETI industrielles françaises.

Un contexte d’accélération de la demande et un fort besoin de compétitivité

Le grand show annuel du CES à Las Vegas a encore une fois montré la place grandissante que prend le numérique dans notre quotidien. Mais le monde entier bouillonne aussi d’idées et de technologies numériques pour transformer l’Industrie. Si l’on considère qu’en 2017 la plupart des indicateurs macro-économiques français ont commencé à revenir au vert, et qu’en 2018 la demande en biens industriels va donc probablement accélérer, il faut s’attendre à une course des industriels français pour se transformer, remporter de nouveaux marchés et battre leurs compétiteurs en France et à l’international.

Mais il n’en est rien, et une grande part des dirigeants d’entreprises continuent à penser que la transformation digitale n’est pas un enjeu majeur pour eux. Selon l’enquête publiée en Décembre par BpiFrance Le Lab auprès de 1800 entreprises, « La transformation digitale n’est pas une priorité des dirigeants de PME et ETI : 87 % d’entre eux n’en font pas une priorité stratégique pour leur entreprise.» Parmi ceux-ci les “Sceptiques” d’une part sont clairement réticents à se transformer, tandis que les “Apprentis” sont freinés par les coûts financiers et le manque de compétences nécessaires à la transformation digitale.

Seul 10% de ces entreprises (les “Conquérants”) sont déjà engagées dans la transformation numérique et commencent à faire bouger les lignes de leurs organisations. Les autres risquent de ne pas prendre le virage à temps, et de finir dépassés comme Kodak et Nokia en leur temps. Pour le Lab de Bpifrance, d’ici 3 ans, 1 entreprise sur 5 serait vouée à disparaître si elle n’opte pas pour cette évolution digitale.

L’événement Entreprise DU FUTUR est la réunion de ces “Conquérants”, et avant tout de leurs dirigeants, car c’est à eux d’impulser la transformation de leurs organisations. L’enjeu est bien davantage lié à la culture de l’entreprise qu’à l’injection de nouvelles technologie dans ses ateliers ou ses bureaux. “Réussir sa transformation à l’ère du digital implique de créer de la valeur autrement”. Pour cela trois chantiers prioritaires sont identifiés : remettre son client au cœur de l’entreprise, rendre son organisation agile, et s’appuyer sur ses partenaires pour créer de la valeur dans un contexte digital. Toutes choses que les plateformes numériques permettent d’accélérer considérablement. Or, comme il est spécifié dans le rapport :

“Les équipes opérationnelles ne sont associées directement que dans 25 % des cas et seules 12 % des entreprises ont mis en place des formations dédiées au digital.”

Démystifier un sujet complexe

Le principal frein à la transformation digitale des entreprises industrielles est ce changement de culture face à la complexité du sujet numérique. Il est difficile de se lancer et de motiver son organisation à se transformer sans vision partagée et sans une maîtrise des nouvelles compétences nécessaires. Le point clé pour tous ces dirigeants est donc de venir chercher les outils d’accompagnement qui leur permettront de convaincre en interne : nouvelles offres de formation, outils de recrutements de personnel qualifié, plateforme de mise en relation avec des sous-traitants…

C’est aussi pour les offreurs de solutions l’occasion de confronter les technologies déjà déployées par des grands groupes aux priorités et aux compétences des petites et moyennes entreprises. Souvent l’échange s’avère gagnant et en ressort une offre technologique plus performante et plus facile à mettre en oeuvre, notamment au travers de l’utilisation du cloud.

Enfin et seulement dans cet ordre, une fois la vision définie, l’équipe engagée et les technologies identifiées, vient la recherche des financements, avec beaucoup d’outils mis à disposition par la BPI et par les régions.

Entretenir l’agilité pour rester compétitifs

Pour ces “conquérants” qui auront réussi à transformer leur culture d’entreprise, il est important de se souvenir que ce n’est pas la fin du chemin mais bien le début. L’évolution accélérée de nos modes de consommation et des technologies industrielles risque de durer encore longtemps, et la capacité à détecter de nouveaux marchés et à s’y adapter restera primordiale dans les années à venir.

Venez rencontrer Dassault Systèmes à Entreprise DU FUTUR

Dassault Systèmes est heureux d’être un des parrains majeurs de l’édition 2018 d’Entreprise DU FUTUR.

Laurent Blanchard, Directeur Général Adjoint, Opérations (EMEAR), Alliances et Services mondiaux chez Dassault Systèmes interviendra le 18 janvier pendant la plénière du matin sur le sujet : “Le nouveau paradigme de l’économie de l’expérience”

Vous pourrez également retrouver nos experts de la 3DEXPERIENCE sur les espaces “Industrie du Futur” et “Retail du Futur”, pour vous immerger dans de nouvelles expériences industrielles :

  • Zone “Industrie du Futur” : nos experts vous présenteront les étapes de développement de la nouvelle enceinte connectée intelligente BEAMY2, nominée au CES 2018. Vous pourrez également découvrir et naviguer en réalité virtuelle au cœur du jumeau numérique de la nouvelle “Usine du Futur” de Latécoère.
  • Zone “Retail du Futur” : nos experts du Retail vous présenteront la solution “Perfect Shelf” et l’expérience “Large Scale Merchandising” ainsi que l’impact majeur de l’utilisation de ces solutions sur le monde du Retail (cas clients). Vous pourrez également découvrir 3DEXCITE à travers des exemples de visualisation immersive high-end en 3D et en temps réel.

Venez nombreux !

Hadrien.SZIGETI@3ds.com'
Hadrien Szigeti est analyste stratégique senior chez Dassault Systèmes en charge du domaine de la production, et membre de l’Alliance pour l’Industrie du Futur. Il a exploré depuis 15 ans le monde des startups logicielles en France et aux Etats-Unis, et celui des grands éditeurs comme Dassault Systèmes, où il a développé des applications innovantes pour les ventes et le manufacturing. Hadrien a collaboré à plusieurs projets de recherche Français et Européens comme ActionPlanT ou Manuskills. Il est diplômé de l’Ecole Polytechnique et Télecom Paris, et a reçu un MBA de l’ESCP Europe.
Hadrien.SZIGETI@3ds.com'