Les imprimantes 3D et les objets imprimés en 3D sont dans l’air du temps. Il est à parier qu’ils feront bientôt partie de notre quotidien. Aujourd’hui, de plus en plus de designers explorent et utilisent les impressions 3D pour leurs collections. Par exemple, la styliste Iris von Herpen conçoit des robes Couture imprimées en 3D. Le designer Francis Bitonti invente sans cesse de nouveau moyen de rendre ses créations plus flexibles et plus portables… D’autres impriment des chaussures, des bikinis etc. Et le look de ces créations est aussi futuriste qu’incroyable!

biomimicry_shoes1

Un nouveau moyen de créer

Les imprimantes 3D sont aussi un moyen de palier à de nombreux problèmes techniques et une manière de créer rapidement et « sur-mesure ». Elle permettent de réaliser à moindre coût des pièces quasi instantanément qui répondent à des besoins spécifiques et/ou uniques. Elles permettent d’ores et déjà et permettront de réaliser des vêtements qui seront parfaitement adaptés aux clients, comme par exemple, l’incroyable robe articulée imprimée en 3D créée par Francis Bitonti pour Dita Von Teese, célébrité connue entre autre pour ses formes de pin-up. La robe a été modélisée pour épouser au millimètre près les formes du corps pour un rendu époustouflant.

 

Dita3D

Avec l’arrivée des imprimantes 3D pour les consommateurs, il est maintenant possible d’imaginer des possibilités de consommation illimitées : disposer d’un scanner corporel qui prendrait les mesures d’une personne, qui se connecterait à un design en 3D, ajusterait automatiquement ce design aux formes du corps et imprimerait le vêtement sur-mesure. Avec des imprimantes 3D à bas coût et de petit format, ce type de solution serait accessible pour toute personne ayant:

1) des compétences de design

2) un outil de conception 3D

3) une imprimante 3D

Tout cela semble idéal « sur le papier »… pourtant on ne peut s’empêcher de soulever certaines questions pratiques… Une robe imprimée en 3D est-elle vraiment confortable? Les vêtements et objets imprimés en 3D sont ils sûrs? Et le plus important: si n’importe qui peut concevoir en 3D et ensuite imprimer ses créations, comment assurer les droits d’auteur, maintenir le savoir-faire de l’artisanat traditionnel, et aussi connaître l’expertise d’un designer?

N12-white_top

Quel est l’avenir de la mode imprimée en 3D?

C’est le débat que nous voulons ouvrir au FashionLab. Le point n’est pas seulement sur le potentiel de ce nouvel horizon offert par l’impression 3D. La question clé devrait être autour du contenu, la création du design 3D. Qui peut créer du contenu? Quel type de contenu serait-il intéressant de créer avec une imprimante 3D? Et comment s’assurer que les données une fois traitées et transformées en objet réel par l’impression 3D soient cohérentes et conformes avec le design de départ?

En tant qu’acteur clé dans la 3D et la mode, c’est à ces questions que le FashionLab souhaite répondre en travaillant avec des designers sur des projets de recherche. Se concentrer sur le contenu, le design 3D et la créativité. Inventer de nouvelles expériences pour les concepteurs et les consommateurs. Faire des impressions 3D car c’est un sujet « en vogue » n’est pas notre objectif. De notre point de vue, les impressions 3D doivent répondre à une réelle créativité et résoudre des problématiques de fabrication. Dans cette perspective, nous rêvons d’aller au-delà des limites de l’imagination, et ouvrir de nouvelles opportunités jamais vues ni pensées auparavant.

Photo bracelet: Cubify site

Photo Dita V. Teese: Albert Sanchez via shapeways

Image N12 Bikini: continuum fashion

Cet article est également disponible en : Anglais

Ecrire un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>