Yakwala : toujours autant de passion et un horizon 2013 dégagé !

Le 2 mai dernier, dans le cadre du premier concours Dataconnexions, nous avions interviewé Julien Le Bot, Fondateur associé et Président de Yakwala, startup soutenue par Exalead.

Il nous expliquait son projet : “Yakwala souhaite offrir un outil centralisant les informations hyperlocales sous forme de carte ou de fil d’informations (comme sur les réseaux sociaux). Pour ce faire, Yakwala travaille sur la mise en place de services d’informations à destination du grand public, tout en permettant aux professionnels de dynamiser leurs activités locales. C’est donc à la fois un service grand public, et un outil pour les acteurs de la vie locale (entreprises, administrations, commerçants,…)”.

L’été est passé, le concours n°2 de Dataconnexions a été lancé. Nous prenons aujourd’hui des nouvelles de la dynamique jeune pousse !

 

Yakwala était l’un des Lauréats en final lors du premier concours Dataconnexions. Selon vous qu’est-ce qui a fait la différence pour le Jury ?

Julien Le Bot : Je pense tout simplement que notre approche, qui privilégie la transformation de la donnée dite ouverte en service ou en information (géolocalisée), est l’un des éléments déterminants dans la chaîne de valeur de l’Open Data. Sans débouché applicatif, l’Open Data n’a aucun sens pour l’utilisateur lambda. Pour nous, la donnée, c’est un moyen permettant de travailler et de déployer tout un tas de services.

L’événement Dataconnexions n°1 était l’occasion de mettre en relation porteurs de projets et investisseurs ? Avez-vous noué des contacts intéressants, lors de cette soirée ou par la suite ?

JLB : Au fond, ce genre d’événement permet de faire le point sur son environnement général et sur l’écosystème à l’intérieur duquel une société construit son offre. En ce sens, nous avons pu identifier l’ensemble des acteurs souhaitant se positionner sur l’un ou moins des maillons de la chaîne de valeur – en devenir – de l’Open Data. Au-delà, nous avons pu nouer des partenariats, établir des contacts avec des relais et des soutiens, tout en montrant à des investisseurs la façon dont nous souhaitions travailler. Je pense pouvoir dire que les premiers jalons ont été posés pour un dialogue constructif sur le développement de nos activités.

Plusieurs mois après la création de Yakwala, comment grandit ce projet ? L’étape des béta-tests est-elle terminée ?

JLB : Comme pour toute start-up (qui naît généralement d’une idée et d’une équipe qui souhaite la porter), il y a eu un certain nombre d’ajustements qui, précisément, nous ont permis de préciser le positionnement de notre offre relativement à un marché en devenir (à la croisée de l’hyperlocal et du traitement de données). Il s’agit bien de fabriquer un outil de « centralisation décentralisée » de tout ce qui concerne l’info et le service local en temps réel. Et nous avons énormément progressé en rencontrant de nombreux acteurs spécialisés.

Ensuite, nous avons pu finaliser la réalisation de notre prototype, qui est actuellement testé en Belgique, avec la complicité d’un petit laboratoire d’innovation animé par un ancien journaliste d’OWNI  (Damien Van Achter, fondateur du LabDavanac), tout en investissant sur le développement d’une deuxième version intégrant notamment une chaîne de traitement de la donnée.

Y-a-t-il des évolutions dans votre stratégie, c’est-à-dire dans la destination ou l’utilisation de Yakwala ?

JLB : En effet, les premiers retours sont positifs et particulièrement encourageants. Il y a naturellement des évolutions à apporter – et nous nous efforçons d’impliquer les premiers utilisateurs pour nous aider à construire un service pleinement adapté à l’ère du Solomo (social, local, mobile) – à notre outil, mais aussi à notre stratégie qui se déploie en fonction des sollicitations qui se multiplient à notre endroit. Il est intéressant de noter, à cet égard, que notre société a été identifiée par un certain nombre d’acteurs locaux qui, à terme, pourront devenir – ou sont déjà – clients de Yakwala.

Comment communiquez-vous auprès du public visé pour vous faire connaître ?

JLB : Yakwala est né de la rencontre entre un journaliste et trois spécialistes du web. Chacun prolonge et apporte à la société un réseau, un regard, et des compétences. Nous misons pour l’instant, pour le grand public, sur une construction progressive de la marque en allant ici ou là présenter le projet (sur des salons professionnels, par exemple). Dans le même temps, le blog de l’entreprise, la veille ouverte (et en partie collaborative) de Yakwala, partagée sans cesse sur les réseaux sociaux (en particulier Twitter et Facebook), permet d’informer utilement les autres professionnels. Enfin, les prestations de conseil et de formation (assurée dans un contexte international) permettent de travailler en réseau et de suivre, au jour le jour, les évolutions (notamment en termes d’usages) en matière de partage d’informations, de Datavizualisation, de traitement de données, ou encore de services qui pourraient être mis en place (à moyen et long termes) .

Le deuxième concours Dataconnexions, lancé le 18 septembre dernier, a pour thématique principale : “Mobilité et territoires”. Vous ne pouvez pas concourir deux fois… cependant Yakwala pourrait parfaitement avoir sa place dans ce deuxième concours ?

JLB : C’est vrai, mais participer à un concours, c’est aussi un investissement. En temps ou en énergie. Nous avons pleinement profité des opportunités offertes par la première session de Dataconnexions, et nous mobilisons désormais toutes nos forces pour développer nos activités.

Et au quotidien, comment se passe l’administration de la plate-forme Exalead intégrée à votre site ?

JLB : Je ne vais rentrer dans les détails (puisque je n’ai pas moi-même les mains « dans le cambouis » sur cet aspect), mais notre ingénieur en charge de ces développements, Renaud Bessières, semble avoir trouvé son rythme croisière. Il a fallu du temps, naturellement, pour s’approprier l’outil, mais le chantier est désormais en cours. Sans difficulté particulière.

Yakwala en 2013 ?

JLB : La vie d’une start-up est faite d’incertitudes et d’ajustements permanents. Mais nous avons une ligne d’horizon claire, des prospects enthousiastes, et nous nous efforçons de tenir notre cap. Nous espérons pouvoir déployer la plate-forme Yakwala (le site web et les applications mobiles) sur un certain nombre de territoires début 2013.

Les commentaires sont fermés.